Mohammed V ou la monarchie populaire

90

A l’heure où de nombreux pays du monde arabe connaissent des changements chaotiques, le Maroc s’est engagé dans un vaste processus de réforme donnant l’exemple d’une évolution dans la stabilité. Cette stabilité doit beaucoup à une monarchie dont l’une des figures de proue demeure le roi Mohammed V, qui fut à la fois le père de l’indépendance et celui qui fit passer le pays dans le monde moderne. Roi restaurateur et roi fondateur, à l’écoute de son peuple, il a su combiner harmonieusement tradition et progrès, anticipant tous les changements nécessaires, notamment touchant à la condition de la femme, tout en affirmant le rôle spécifique du Maroc comme trait d’union entre les deux rives de la Méditerranée et pivot nécessaire entre le monde européen et l’Afrique subsaharienne.

A l’occasion du 50e anniversaire de la mort du roi Mohammed V, cet ouvrage est à la fois une réflexion sur les lois de la politique du Maroc et un document historique consacré à l’action de ce souverain, dernier sultan de l’empire chérifien et premier roi du Maroc contemporain, qui a marqué l’histoire de son pays en consolidant les bases d’une monarchie réformiste, nationale et populaire. 

Éditions du Rocher, 245 pages, janvier 2012, 19,30 €

Article précédentL’enjeu du dialogue des civilisations
Article suivantSahara marocain – Le dossier d’un conflit artificiel
L'Observatoire d’Etudes Géopolitiques (OEG) est un institut français ayant pour objet de contribuer à la promotion et au rayonnement de la recherche scientifique dans les différents domaines de la géopolitique et des relations internationales. Cette contribution, tant au plan national qu'international, s'appuie notamment sur l'organisation de colloques, de conférences, de tables rondes, de prestations intellectuelles en association avec la Faculté de droit de l’Université Paris Descartes, et divers instituts étrangers (Remald de Rabat, UOC de Barcelone, ECSSR d’Abou Dhabi) et organisations internationales (ISESCO, OIF…). Le siège de l’OEG est à Paris. L’institut a également un bureau pour le Proche-Orient à Beyrouth et des représentants ou des correspondants dans divers pays (Allemagne, Belgique, Djibouti, Egypte, Emirats arabes unis, Espagne, Grande-Bretagne, Maroc, Jordanie, Roumanie, Hongrie, Suisse, Tunisie…) L’Observatoire d’études géopolitiques est dirigé par Charles Saint-Prot et Zeina el Tibi en est la présidente déléguée. Les travaux sont supervisés par un Conseil scientifique.