Le “monde meilleur”

43

Le différend entre le Maroc et le régime socialo-gaucho-séparatiste de Pedro Sanchez en Espagne (qui a finalement dû renvoyer sa ministre des affaires étrangères début juillet 2021) ― comme la politique de Joe Biden, comme les palinodies de Macron, comme certaines obsessions allemandes (la dernière en date étant l’absurde décision du maire socialiste de Munich de pavoiser sa ville aux couleurs LGBT) ― démontre le poids des fadaises qui ont envahi l’esprit d’une classe occidentale décadente.

Ces fadaises sont nombreuses. Elles vont du mythe de la mondialisation inéluctable et bienfaitrice à la haine de la Turquie, de la Russie ou de la Hongrie, en passant par la soumission au lobby LGBT, au féminisme extrémiste, à la célébration d’halloween, au culte des Lumières et à l’oubli des crimes de la Terreur, ou encore aux idées rétrogrades concernant les prétendus bienfaits de l’empire américain ou la légende de notre ami allemand qui était déjà célébrée par les tristes sires de la collaboration. C’est là qu’on voit qu’Emmanuel Macron n’est pas le chantre d’un monde nouveau mais le reliquat des idées à la mode dans les années quarante et cinquante.

La pensée 68 au pouvoir

En tout cas, voici que s’impose la pensée 68, c’est-à-dire, d’une part, le primat de l’idéologie sur la réalité et la faculté de raisonner, et, d’autre part, la déstructuration chère à Michel Foucault, Jacques Derrida, Gilles Deleuze et de tous les imposteurs qui se sont installés comme maîtres à penser après la Deuxième Guerre mondiale et dont le style obscur ne servit jamais qu’à dissimuler la vacuité de leurs misérables théories. C’est ainsi que notre société va disparaitre au profit d’un « monde meilleur » qui n’est rien d’autre que le hideux reflet de la médiocrité d’un monde occidental devenu fou.

C’est pourtant cet Occident dégénéré (la petite Union européenne et l’Amérique du Nord) qui nourrit la prétention de fixer à l’univers entier (près de 7 milliards de personnes) sa ligne de conduite et ne cesse de donner des leçons aux autres. C’est cet Occident qui dénie aux peuples et aux États le droit d’être eux-mêmes et de choisir librement leur mode de vie. C’est encore cet Occident qui met en cause le respect de la souveraineté des États pourtant règle du droit international depuis les Traités de Westphalie de 1648 !

Et la France ?

La souveraineté des nations est pourtant bien le point essentiel.  Un sondage de juin 2021 fait apparaître que parmi les préoccupations essentielles des Français figureraient la réforme des retraites, le coût de la vie, les questions environnementales… Bref tout ce qui divisent les gens et fait apparaître le régime comme celui des nantis contre les autres. En revanche rien sur la France et son rôle dans le monde. Rien sur l’Union européenne mortifère ; rien sur la lutte de la finance internationale contre les États ; rien sur le mythe de la fin des frontières au nom d’une mondialisation destructrice et favorisant les épidémies comme le COVID ; rien sur la nécessaire politique arabe et africaine de notre pays.

« Les Français sont des veaux » disait le général de Gaulle ! En tout cas, il est démontré que seul un pouvoir fort et indépendant est en mesure de veiller sur l’intérêt national et faire prévaloir – quoiqu’il en coûte – l’indépendance et la dignité sur tout le reste. Soyons certains qu’il ne faut pas compter sur le suffrage universel et le bon sens des citoyens qui ne voient que midi à leur porte, pour préserver la nation. C’est le rôle d’une institution millénaire et responsable : on le voit bien au Royaume du Maroc…

Article précédentMaroc-Espagne : Conflit bilatéral ou pseudo solidarité européenne ?
Article suivantCollaboration exemplaire entre services sécuritaires du Maroc et l’Europe
Directeur général de l'OEG.